• Chapitre 4

    -4- 

     

    JD

     

    Je me suis levé de mauvaise humeur, j'ai vraiment mal dormi. Non seulement le lit n'est pas aussi confortable qu'il n'y paraît mais je me suis couché en colère parce que Téora n'avait pas répondu à mon dernier sms. 

    Je sais que j'ai abusé, je sais que j'aurais dû l'appeler avant de débarquer, mais j'avais trop peur qu'elle ne quitte la ville pour je ne sais où en emmenant notre fils. 

    Sur son lit de mort, j'ai promis à ma mère que je ferais tout pour mon fils, qu'il aurait une vie différente de la mienne et qu'en aucun cas, il ne serait un Red Demon, même si Blake parle de Loan en tant que mini Demon. 

    Chapitre 4

    Il me fait rire Blake en y repensant, il n'y a plus vraiment de Red Demon, vu que nous n'avons plus de MC. L'année suivante de notre arrestation, le cartel a fait sauter notre MC. Heureusement, personne n'était à l'intérieur. Donc pas de perte humaine, juste notre matos et ma moto ainsi que celle de Liath. 

    Nous avons dû cohabiter avec Blake et Leila pendant quelque temps, puis ma mère était tombée malade. Je suis donc retourné chez elle avec Liath, jusqu'à sa mort. Le décès de ma mère a été une épreuve dont je n'étais pas préparé, surtout que je ne savais pas pour sa maladie. Mais ce qui m'a fait le plus de mal, ça a été de savoir que Téora n'avait pas une seule fois emmené le petit voir sa grand-mère. Je me demande si ce n'est pas à cause de ça que ma mère s'est laissée aller. 

    Il faisait un froid de canard, j'ai vite enfilé un gros pull et un jeans puis je suis descendu à la salle à manger. 

    Maria, ma logeuse, avait préparé le petit-déjeuner, elle me passe le bonjour et me fait signe de m'asseoir. Elle m'apporte une tasse de café et s'installe en face de moi. 

    Chapitre 4

    C'est une femme charmante, veuve, récemment, elle a décidé de louer ses chambres pour éviter de vendre sa maison. 

    - Vous avez bien dormi Monsieur Douglas ? 

    - Appelez-moi Jay, Madame Chelsey. 

    - Quand vous m'appellerez Maria, Monsieur Douglas. Alors, vous avez bien dormi ? 

    - Très bien, mentis-je, un peu froid ce matin, mais sinon, la chambre est parfaite. 

    - Oui, je sais pour le froid, la chaudière fait encore des siennes, si seulement j'avais un fils pour me réparer cette satanée machine.

    Elle paraissait vraiment gênée. Je n'étais pas un plombier de métier, mais je m'y connaissais un minimum. 

    - Si vous voulez, je peux y jeter un coup d'œil ?

    - Vous feriez ça ? 

    - Bien sûr, répondis-je, je n'ai rien d'autre à faire. 

    - Ce qui n'est pas mon cas, entre l'entretien de la maison, les courses et ce soir que je dois passer chez ma voisine, Madame Scott pour nourrir son chat pendant son absence, mes journées sont plus que rempli.

    En entendant le nom de famille de Téora, j'ai relevé le nez de mon assiette. 

    - Vous parlez de Téora ? 

    - Vous vous connaissez ? Me demande Maria surprise.

    - Oui, je la connais depuis plusieurs années maintenant. Une femme très bien.

    - Et une mère parfaite. Au début, c'est moi qui gardais le petit Loan pendant qu'elle était au travail, mais maintenant qu'il est plus grand, j'ai du mal à le suivre, du coup, il va à la garderie. Ce qui n'est pas plus mal, il est entouré d'autres enfants de son âge et pas seul avec une vieille femme. 

    Maria s'est levée de sa chaise et a pris les assiettes vides. Je suis resté un instant assis à siroter mon expresso. Comme j'entendais la machine à thé se mettre en route, je me suis retourné. 

    Je me suis levé et je suis allé rejoindre la vieille dame.

    Chapitre 4

    - Vous savez, me dit-elle, elle est souvent perdue dans ses pensées. Un jour, je lui ai demandé où était le papa de Loan, elle ne m'a pas répondu, juste fondue en larmes. C'est dur de ne pas savoir quoi dire dans ses conditions. 

    - J'imagine, répondis-je en voulant me mettre des baffes. Parfois, la vie n'est pas toujours comme nous voudrions qu'elle soit. 

    - Vous avez les paroles d'un sage, mon garçon.

    - Non Madame, les paroles d'un con. 

    Elle me regarda fixement, les sourcils relevés. Je lui ai demandé où se trouvait la chaudière voulant couper court à une conversation dont je n'étais pas prêt à avoir. 

    Elle me dirigea vers le garage et repartit dans la cuisine. 

    J'ai inspecté la chaudière, mais je n'ai rien vu qui clochait, bon en même temps, j'y connais rien. Ça aurait été un moteur de moto, là oui, j'aurais trouvé tout de suite, mais là...

    En regardant de plus près les gros tuyaux, j'ai remarqué une fuite. D'un coup, je me suis souvenu ce que faisait mon père quand j'étais enfant.  

    Chapitre 4

    Je suis reparti dans la maison et je me suis mis à purger chaque radiateur. 

    Ça m'a pris la journée complète, j'en ai même oublié le sandwich que Maria avait préparé pour moi au déjeuner. Celle-ci étant partie à son club de bridge, j'avais la maison pour moi tout seul. 

    J'ai serré quelques vis par-ci par-là, resserré les boulons de la tuyauterie de la douche, stoppé l'écoulement d'eau dans les WC, bref, en parfait, petit plombier en herbe, j'ai resserré des boulons. 

    Après le dîner, je suis monté dans ma chambre, complètement épuisé. Le temps d'enfiler mon pyjama, ou plutôt le bas de mon pyjama, mon téléphone s'est mis à sonner. Un appel visio de Téora. 

    Je me suis assis au milieu de mon lit et j'ai décroché. 

    - Joyeux Noël, me dit-elle doucement. 

    Elle était superbe, elle portait une combinaison en dentelle laissant apparaître la naissance de ses magnifiques seins. 

    - Joyeux Noël, répondis-je troublé. 

    - C'est qui maman , c'est marraine ? Demanda Loan en s'approchant de sa mère. 

    - Non mon chéri, c'est ton papa.

    Chapitre 4

    Les larmes sont montées d'un coup, en voyant la petite bouille de mon fils. Je me suis vite repris et un sourire béat s'est dessiné sur mes lèvres. 

    - Papa ? 

    - Oui Loan, je suis ton papa, répondis-je en laissant échappé une larme. 

    - Pourquoi tu pleures ? Me demande-t-il.

    - Parce que je suis heureux mon fils.

    - Tu sais, le père Noël, il va passer, mais moi, je ferais dodo. 

    - Et tu as commandé quoi au père Noël ? Demandais-je doucement. 

    - Un vélo, mais je sais pas s'il pourra me l'apporter. 

    Je vois les lèvres de Téora faire un non, et tout de suite, j'imagine la peine de mon fils en ne voyant pas le cadeau qu'il a commandé. 

    - Vous rentrez quand ? Demandais-je à Téora.

    - Lundi, en fin de journée. Tu viendras dîner avec nous ? 

    - Oh oui papa ! S'écria Loan en sautant partout. 

    - Oui, je viendrais. 

    « Chapitre 3Chapitre 5 »

  • Commentaires

    1
    stephy
    Lundi 10 Septembre 2018 à 12:10

    c'est cool il habite a cote de chez elle sans le savoir et il va voir son fils en chair et en os hâte de savoir la suite 

    2
    khany
    Lundi 10 Septembre 2018 à 16:41

    "... les paroles d'un con." ah oui ça y peut pas mieux dire lol

    Elle est sympa Téora de faire un appel visio, cela n'a pas du être facile quand même.

    3
    Lynn
    Lundi 10 Septembre 2018 à 22:14
    Oh trop chou l appel. Je pense qu il aura un vélo lundi ce ptit bout ;)
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    ReiScarlett
    Lundi 10 Septembre 2018 à 23:55
    Moooh trop mignon j'ai trop hâte de lire le prochain chapitre tellement d'émotion décidément c'est la semaine lol
    5
    Lily/pinssophie
    Mardi 11 Septembre 2018 à 09:15

    Coincidence heureuse, Jay loue à côté de chez Téora.

    Voila, il apprend toute la peine qu'elle éprouve de la bouche de sa logeuse : " Un jour, je lui ai demandé où était le papa de Loan, elle ne m'a pas répondu, juste fondue en larmes. " Et oui, vas-y, regrettes de ne pas lui avoir donné de nouvelles pendant que tu étais en prison, ce que tu aurais du lui avouer bad niak niak niak

    Bah oui, il l'a fait tant souffrir, à lui d'avoir des regrets, elle était la femme de sa vie....

    Ah Jay le dur à cuir verse sa petite larme en voyant son fils.

    6
    Lundi 17 Septembre 2018 à 14:04

    Bon et bien j'ai eu aussi ma petite larme à bravo !!!

    7
    poupette
    Vendredi 28 Septembre 2018 à 19:27

    Très beau chapitre,  il vois enfin son fils,  maintenant reste à le rencontrer en vrai. 

    Hâte de lire la suite :)

    Peut-on espérer un chapitre lundi ? 

      • Mercredi 3 Octobre 2018 à 12:20

        Reprise lundi prochain ;) 

      • poupette
        Lundi 8 Octobre 2018 à 12:03

        Génial,  j'ai hâte :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :